Galeries des terrestres (terricoles ?)

Les espèces "Brachypelma alpopilosum" et "Brachypelma smithi" que je possède correspondent à des mygales terrestres (terricoles ?) C'est à dire qu'elles ont plutôt l'habitude de vivre au sol (ou un peu sous le sol) que perchées en hauteur (sur une branche par exemple) comme les arboricoles. Cela signifie donc qu'elles sont capables de modeler leur substrat un peu comme elles le veulent.

J'ai pu constater cela dès que j'ai eu mon mygalon albopilosum.

Il était dans un tube, et n'arrêtait pas de "trifouiller" sa tourbe sans arrêt ! Le matin, je retrouvais même des petits morceaux de tourbes qui étaient passés à travers les petits trous d'aération du bouchon. J'ai fait plusieurs fois l'expérience de mettre de la tourbe un peu humide dans le bas du tube (environ 50% du tube); les 50% restant étant de l'espace libre. Et bien si tôt le soir venu, le petit mygalon se mettait à travailler sa tourbe. A chaque fois, il creusait un petit tunnel pour aller vers le bas du tube. Ce petit tunnel débouchait sur une petite galerie tout au fond du tube, où il se plaisait d'ailleurs à séjourner. Lorsque je mettais un petit ver de farine sur la tourbe, en haut du tube, pour nourrir le mygalon. Il se déplaçait avec une vitesse impressionnante à travers son tunnel, chopait le ver, et redescendait dans sa galerie aussi tôt. (Tout ça en un dixième de seconde...).

Le mygalon grandissant, je l'ai mis dans un pot de confiture "Bonne Maman". Je suis parti sur la même base que dans le tube, c'est à dire : le bas du pot avec de la tourbe un peu humide et le haut libre. Et bien, il s'est passé la même chose. Dès la nuit tombée, le mygalon se mettait à creuser un tunnel de haut en bas, afin d'obtenir une galerie dans le bas du pot. Petite variante tout de même. Désormais le mygalon creusait 2 tunnels ! Un à chaque extrémité du pot. Un de ces tunnels était d'ailleurs plus ou moins rempli de toile ... Il est aussi arrivé que le mygalon mette de la tourbe jusqu'en haut du pot. Comme si elle voulait pouvoir y accéder en montant sur la tourbe, et non pas en grimpant sur les parois.

 (Pot avant)
Le mygalon grandissant toujours, je l'ai mis dans un phonabox (18.2 x 11.5 cm). Cette fois ci, je n'ai mis "que" 3 ou 4 cm de tourbe pour une hauteur de phonabox de 14 cm. Sur la tourbe, j'ai posé un petit pot de fleur renversé (avec une entrée).
     Et bien, la petite mygale a enlevé toute la tourbe qui se trouvait sous ce pot, jusqu'à ce qu'il touche le bas du phonabox. De cette façon, le pot était enfoncé dans la tourbe à 50% de sa hauteur, et il restait juste une petite entrée pour que la petite mygale entre. C'est un peu hallucinant de voir comment est-ce qu'elle aménage son intérieur vraiment comme bon lui semble.  (Pot après)
La mygale a ensuite atteint une taille raisonnable (~Stade 7). Elle ne semblait plus avoir besoin de faire de galerie. Cela dit, elle apprécie toujours d'avoir un endroit ou se cacher (pot de fleur renversé par exemple). Sa tourbe etant un peu plus sèche qu'avant, je me disais qu'elle la travaillerait un peu plus si elle était humide ? J'ai donc profité d'une mue suivante pour mettre de la tourbe "neuve", un peu plus humide dans son phonabox...

@ suivre ...

Ps : Je pense que l'on définit comme :
- Terrestre, une mygale qui reste en permanence sur le sol.
- Terricole, une mygale qui vit enfouie dans des galeries, dans le sol.
- Terrassière, une mygale qui fait les deux ?
Je dois encore approfondir le sens précis de ces termes ...
Si vous connaissez bien ces nuances, n'hésitez pas à m'écrire !! - jhiss@wanadoo.fr